AllianceFrançaise Hongrie

l’alternative culturelle

logo accueilSzegedCultureEvénements passés › La nouvelle vague du cinéma d’horreur français

La nouvelle vague du cinéma d’horreur français

11-15/06/2012 - Alliance Francaise de Szeged, Dugonics tér 2.

D’après un concept original d’Albert Péter, avec le soutien de l’Alliance Française de Szeged

JPEG - 431.5 ko

[*AVERTISSEMENT*]

L’entrée est strictement interdite au moins de 18 ans. Ces films accumulent des scènes de boucheries particulièrement réalistes et éprouvantes. Ils sont diffusés par l’Alliance pour leur valeur culturelle et artistique et notre organisation ne saurait être tenue moralement responsable des effets induits sur le public.

[*PROGRAMME*] - première projection à 20h, deuxième à 22h

Lundi (introduction) : [*Saint Ange*] (fr-hu), [*Ils*] (fr-eng)

Mardi (pszycho) : [*Irreversible*] (fr-hu), [*Trouble Every Day*] (fr-eng)

Mercredi ("cruel") : [*A l’interieur*] (fr-hu), [*Haute Tension*] (fr-eng)

Jeudi (varié) : [*Frontier(s)*] (fr-hu), [*Sheitan*] (fr-eng)

Vendredi ("finale") : [*Martyrs*] (fr-eng)

La nouvelle vague du cinéma d’horreur français

Haute tension a ouvert la brèche et Martyrs en est l’apothéose. En pleine fête du cinéma en 2003, un film d’horreur, genre moribond en France, sort sur les écrans. Le film est ultra-violent, la critique est divisée, mais le public, lui, en redemande. Un engouement qui lui permet par la suite de sortir dans le monde entier et d’obtenir une visibilité internationale importante. Haute tension aura même droit à une sortie américaine […] et dépassera le million d’entrées dans le monde. Succès d’estime plus que réel succès commercial, le film va influencer bon nombre de jeunes réalisateurs français nourris aux films de genre des années 80 et redynamiser la production française.

De nombreux films ont suivi son sillage : Á l’Intérieur, Frontière(s), Ils, jusqu’à l’extrémiste Martyrs et sa polémique liée à son interdiction au moins de 18 ans. Autant de films sans concessions, déroutants, avec un fort parti pris esthétique.
Loin d’un cinéma américain utilisant souvent le second degré et des codes éculés, le genre français ne prend aucun recul, utilise l’extrême violence, et se veut un retour aux sources, à base de terreur et de litres d’hémoglobine. L’influence, directe ou indirecte, sur la production mondiale semble importante :

D’une part, les réalisateurs français s’exportent à Hollywood. C’est le cas d’Alexandre Aja (Haute tension), qui a rencontré le succès avec La Colline à des yeux et qui [sort ] cet été Piranha 3D. C’est également le cas de Xavier Palud et David Moreau (Ils) avec le remake américain de The Eye. Après Frontière(s), Xavier Gens a changé d’univers pour Hitman, tandis que Pascal Laugier, qui a longtemps été associé au projet de remake de Hellraiser, [fait tourner] Jessica Biel dans le film Tall Man.

D’autre part, l’esthétique bien particulière du film d’horreur français et sa représentation souvent claustrophobique de l’angoisse semblent trouver un écho dans diverses productions étrangères. Les récents remakes de Massacre à la tronçonneuse, de La Dernière maison sur la gauche, la série des Saw, Hostel ou bien encore The Stranger… autant de films qui traitent l’horreur au premier degré, sans détournement, comme l’aurait fait un film français.

Véritable influence à l’étranger ou simple effet de mode mondial, le cinéma d’horreur français s’inscrit donc dans une mouvance radicale qui fait le bonheur des fans du monde entier, permettant à une production vivant principalement grâce à l’exportation de rester dynamique. C’est cette sélection que nous vous proposons maintenant de découvrir pour une semaine de l’horreur.

21/06/2010., My FrenchFilm.com

JPEG - 1.1 Mo